Actualités

Nations Unies : Paul Biya s’est envolé pour New York

Catégorie : A LA UNE
Écrit par Ledroit Affichages : 360

Le président de la République Son Excellence Paul Biya a quitté le Cameroun aujourd’hui pour New-York.  Il prendra part à la 72e session de l’Assemblée générale (AG) des Nations Unies.  C’est donc avec une feuille de route remplie que le chef de l’Etat camerounais prendra part aux travaux de l’Assemblée Générale.  Son discours du 22 septembre prochain à la tribune de l’ONU – Point d’orgue  de  n’éludera pas la situation que vit le Cameroun au plan sécuritaire, avec les attentats perpétrés par la secte Boko Haram, la gestion du flux des réfugiés aux frontières nationales, la crise anglophone alimentée par une diaspora haineuse de leur pays d’origine,  le soutien du Cameroun à l’Accord de Paris sur le climat, en tant que pays riverain du Lac Tchad. L’agenda du président de la République intègre également des réunions de haut niveau et des audiences.

 

Le président de la République était accompagné d’une forte délégation, au rang desquels, le Directeur du Cabinet civile de la Présidence de la République, le Ministre des Relations  Extérieures et d’autres collaborateurs proches du chef de l’Etat.

« Faire entendre les voix de ceux qui ont le plus besoin de l'ONU ».

Le coup d’envoi de l’Assemblée Générale a été donné le 12 septembre dernier. Pour le président de cette AG, Miroslav Lajčák « Les hommes et les femmes qui ont le plus besoin de l'ONU ne sont pas dans cette salle. Ils ne sont pas impliqués dans la négociation des résolutions. Ils ne prennent pas la parole lors des réunions de haut niveau », a déclaré le Président de la 72e session, Miroslav Lajčák. «C'est l'une des tâches de l'Assemblée générale de faire en sorte que leurs voix sont entendues », d’où sa promesse de faire entendre leur voix pendant cette session.

II a indiqué que la 72ème session serait marquée par des « premières » : la négociation du premier Pacte intergouvernemental sur les migrations, la réception du premier rapport et l'organisation du premier évènement de haut niveau sur les résolutions relatives à la consolidation de la paix et le premier pacte international pour l'élimination de l'exploitation et des abus sexuels dans les opérations de maintien de la paix.

Mais cette année sera aussi une année de suivi, a noté M. Lajčák. Il a mentionné la nécessité de maintenir l'élan autour de la mise en œuvre et du financement des objectifs de développement durable et d'intégrer l'Accord de Paris sur le climat dans les cadres nationaux, régionaux et internationaux.

Nadine Eyikè