ASIE

Suicides au pays du bonheur national brut

Catégorie : Asie
Écrit par Administrator Affichages : 2708

BOUTHAN

Suicides au pays du bonheur national brut

Confrontés à la rapide urbanisation du pays, les Bhoutanais souffrent de l’érosion des liens familiaux et communautaires traditionnels, tandis que le chômage progresse.

Le 8 septembre 2009 aura été une journée très chargée pour le service d’urgence du plus grand hôpital du Bhoutan. En l’espace de quelques heures, six personnes ont été hospitalisées pour tentative de suicide. Si ailleurs ces chiffres semblent dérisoires, à Thimbu, la capitale du royaume himalayen dont la population est inférieure à 700 000 habitants, ils sont considérables.. Le Bhoutan est un mystérieux pays montagneux encastré entre l’Inde, la Chine et le Bangladesh, sur la bordure de l’Himalaya.  Sa population est de 2 141 000 habitants sur une superficie de 47 000 km. Ce royaume vassal de l’Inde en 1885, fut d’abord contrôlé par les Britanniques (1910), puis soumis à un semi protectorat indien (1949), est indépendant  depuis 1971. Le Bhoutan a toujours été un lieu à part. Jusqu’à une date récente, ce pays isolé tournait le dos au monde extérieur et le tourisme y était limité. La télévision est arrivée en 1999 et il a fallu attendre 2008 pour que le pays organise ses premières élections générales. Mais si les changements ont tardé  à venir, la société bhoutanaise connaît aujourd’hui une transformation rapide. L’urbanisation rapide a entraîné la disparition de nombreux réseaux traditionnels d’entraide, et le chômage et la consommation de drogue ont augmenté.

Le Bhoutan est connu dans le monde entier pour son bonheur national brut (BNB), une politique nationale qui accorde plus d’importance au bien-être des citoyens qu’à leurs revenus. Or, depuis 2001, le royaume est traversé par une vague de suicides. Un rapport fait  d’ailleurs état de 58 suicides en 2001 et un peu moins de 20 cette année. D’autres sources verraient même ces chiffres à la hausse.  Pour  Michael Rutland, le président de la Société du Bhoutan au Royaume-Uni, cela peut s’expliquer par l’exode rural. « L’urbanisation conduit à l’éclatement des communautés locales et c’est un phénomène récent ». Et pour les psychiatres, il y a une contradiction entre la promotion du BNB et le désir des gens de consommer encore plus. En 2008, le Centre d’études du Bhoutan, basé à Thimbu a mené plusieurs enquêtes pour déterminer les neuf piliers –au nombre desquels figurent la santé, l’éducation, le mode de gouvernement et le bien-être psychique- qui servent à mesurer le BNB. Le premier Premier ministre démocratiquement élu du pays désigne la vague de modernisation et l’érosion des liens familiaux et communautaires traditionnels comme cause de suicides. « Le Bhoutan n’est pas le pays du bonheur. Il y a beaucoup de raisons matérielles qui font que les gens sont malheureux », conclut-il.

Sources AFP