Antonio de Montesinos,

Pionnier des droits de l’Homme

Antonio de Montesinos, né vers 1475 en Espagne était un moine espagnol faisant partie de la première communauté de Dominicains en Amérique latine. Il  intégra l’Ordre des Prêcheurs de la ville de Salamanque, dans le Couvent de San Esteban où il fit toutes  ses études. A la fin de son novociat, il fit sa profession comme frère dominicain le premier juillet 1502. Plus tard, après avoir terminé ses études en théologie et été ordonné prêtre, il est affecté au Couvent royal de Saint Thomas d’Avila en 1509.

En 1510, accompagnés d’autres moines  dominicains, Pedro Cordoba, Bernardo de Santo Domingo et Domingo de Villamayor, ils arrivent au port de Ozama  à Santo Domingo.

Lors d’un sermón (Sermon "sur l'Avent) du 21 décembre 1511 à Santo Domingo (République dominicaine), suivi d’un second le 28 décembre de la même année, il dénonce les injustices dont il a été témoin en annonçant “la voix qui crie dans le désert de cette île, c’est moi, et je vous dis que vous êtes tous en état de péché mortel à cause de votre cruauté envers une race innocente”. “Ces gens ne sont-ils pas hommes? N’ont-ils pas une âme, une raison?”, demande – t-il.

Ce sermon fait allusion aux Turcs contre lesquels les espagnols ont bataillé tout le siècle précédent, en faisant entendre que Dieu ne  sera pas  plus clément avec les colons qu’avec les Turcs si les colons s’adonnent à l’esclavage comme le font les Turcs. Antonio de Montesinos avait commencé, à partir de 1511, à refuser les sacrements aux propiétaires d’encomienda indigènes et à les menacer d’excommunion, ce qui lui aliène l’oligarchie locale, en particulier Diego Colomb, le fils de Christophe Colomb.

Le dirigeant de la mission dominicaine, Pedro de Cordoba, fut sommé par les autorités de leur livrer Antonio de Montesinos, mais refusa, affirmant qu'il avait exprimé le sentiment unanime de la communauté. En représailles, il fit couper les vivres aux dominicains et par le premier bateau, dépêcha un courrier au roi pour qu'il fasse immédiatement cesser ce scandale.

Après son sermon, Antonio de Montesinos est sommé de se rendre auprès de Ferdinand de Castille (Roi d’Espagne) pour lui faire un rapport sur le sort unique réservé aux Indiens. Touché, le roi décide de réunir une assemblée de théologiens et de juristes dont le travail est à l’origine des lois de Burgos (27 décembre 1512),  le premier code des ordonnances qui réduisent le travail forcé des indigènes. Il est tué au Vénézuela le 27 juin 1540.

Articles liés

Stanislas Mélone

Jean-Jacques Burlamaqui

Pionnier des droits civiques

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

108

Pays
03195331
Aujourd'hui: 1
Cette semaine: 1
Ce mois: 1.221
Mois dernier: 2.029
Total: 3.195.331