Jean-Jacques Régis de Cambacérès

Père du code civil français

 

Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme, est un homme politique français, né le 18 octobre 1753 à Montpellier dans une famille de magistrats appartenant à la vieille noblesse de robe (En France sous l'Ancien Régime, la noblesse de robe rassemblait tous les nobles qui occupaient des fonctions de gouvernement, principalement dans la justice et les finances) de la ville, il fit ses études de droit à la Faculté de Montpellier.

Reçu avocat en 1771, il succède à son père dans la charge de conseiller à la Cour des Comptes, Aides et Finances, de Montpellier en 1774.

Dès 1789, il participa activement à la Révolution française, au conseil municipal de Montpellier, puis comme procureur syndic du district et président du tribunal criminel de l'Hérault (département en Languedoc-Roussillon, au Sud de la France). Il fut chargé en 1793, avec Merlin de Douai, de la classification des lois et de leur réunion en un seul corps.

Il rédigea de nombreuses lois et fut chargé de coordonner la rédaction du Code civil français.  Il devint, en 1794, président de la Convention, puis présida le Comité de salut public.

Il fut élu au Conseil des Cinq-cents en 1795. Il exerça des fonctions diplomatiques et négocia la paix avec l'Espagne. Le 20 juillet 1799, il devint ministre de la Justice, poste qui lui permit d'appuyer le coup d'État du  9 novembre 1799.

En 1803, il est nommé membre de l'Académie française, dont il est radié en 1816.

En 1814, il est, sans le titre, le véritable régent de France, ce qui ne l'empêche pas de voter au Sénat la déposition de Napoléon Ier. Il eut la part principale dans la rédaction du Code civil français et sut mettre à profit les travaux des grands jurisconsultes des siècles précédents, surtout ceux de Portalis ; c'est lui qui est l'auteur du Discours préliminaire du Projet de code civil. Le  21 mars 1804, grâce à la stabilisation politique apportée par le consulat, le Code civil est enfin promulgué.

Retiré de la vie politique lors du retour de la monarchie, en 1814, il reprend du service pendant les Cent-Jours. Réintégré dans toutes ses dignités au retour de l'île d'Elbe, il est nommé le 2 juin 1815 Pair de France, président de la Chambre haute et, par intérim, ministre de la Justice, dont les fonctions sont exercées par M. Boulay de la Meurthe, conseiller d'État.

Ceci lui vaut l'exil à Bruxelles après la chute définitive de Napoléon.

Ayant perdu son titre de duc de Parme, il prend celui de duc de Cambacérès, titre qui sera confirmé à sa famille en 1857 sous le Second Empire. Il meurt à Paris en 1824. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Articles liés

Antonio de Montesinos,

Stanislas Mélone

Jean-Jacques Burlamaqui

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,0% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,7% United States

Total:

112

Pays
03197161
Aujourd'hui: 5
Cette semaine: 5
Ce mois: 1.331
Mois dernier: 1.720
Total: 3.197.161