Antonio de Montesinos,

Pionnier des droits de l’Homme

Antonio de Montesinos, né vers 1475 en Espagne était un moine espagnol faisant partie de la première communauté de Dominicains en Amérique latine. Il  intégra l’Ordre des Prêcheurs de la ville de Salamanque, dans le Couvent de San Esteban où il fit toutes  ses études. A la fin de son novociat, il fit sa profession comme frère dominicain le premier juillet 1502. Plus tard, après avoir terminé ses études en théologie et été ordonné prêtre, il est affecté au Couvent royal de Saint Thomas d’Avila en 1509.

En 1510, accompagnés d’autres moines  dominicains, Pedro Cordoba, Bernardo de Santo Domingo et Domingo de Villamayor, ils arrivent au port de Ozama  à Santo Domingo.

Lors d’un sermón (Sermon "sur l'Avent) du 21 décembre 1511 à Santo Domingo (République dominicaine), suivi d’un second le 28 décembre de la même année, il dénonce les injustices dont il a été témoin en annonçant “la voix qui crie dans le désert de cette île, c’est moi, et je vous dis que vous êtes tous en état de péché mortel à cause de votre cruauté envers une race innocente”. “Ces gens ne sont-ils pas hommes? N’ont-ils pas une âme, une raison?”, demande – t-il.

Déclaration universelle des droits de l'Homme

John Humphrey, le père de la Déclaration universelle des droits de l’Homme

 

John Humphrey est un avocat, diplomate et universitaire, né à Hampton (Bouveau-Brunswick) au Canada en avril 1905. Il a fréquenté l’école locale. Le décès précoce de son père le laisse orphelin à l’âge de onze mois. A l’âge de six ans, il est amputé du bras gauche en raison d’une grave brûlure. Le sort continue à s’acharner sur lui quand il perd sa mère alors qu’il est seulement  âgé de onze ans. Surmontant sa situation d’enfance malheureuse, John Humphrey poursuit ses études à la Mount Allison  University, à Sackville, au Nouveau-Brunswick, puis à l’université Mc Gill, à Montréal, d’où il obtient quatre grades universitaires pour ensuite devenir professeur de la faculté de droit. Il est admis au barreau du Québec en 1929 et pratique le droit jusqu’en 1936, année où il commence à enseigner à la faculté de droit de l’Université McGill, dont il deviendra le doyen 10 ans plus tard. 1946, en pleine restructuration des relations internationales après la Deuxième Guerre Mondiale, on lui demande de mettre sur pied la Division des droits de l’homme des Nations Unies. Division dont il a été nommé premier directeur et qu’il dirigée de 1946 à 1966. A ce titre, il rédigea la première ébauche de la Déclaration Universelle des droits de l’homme en 1947 qui fut  adoptée  à l’unanimité le 10 décembre 1948. L’adoption de la Déclaration inaugure une ère de changements révolutionnaires dans la théorie et la pratique du Droit International, puisqu’elle reconnaît que les droits humains constituent une préoccupation d’ordre international. Plusieurs Constitutions africaines tirent leur source de ce texte qui a eu une influence profonde dans le monde et qui  est devenu en quelque sorte la Magna Carta de l’humanité.

En 1966, l’avocat se retire de l’ONU et retourne à Mc Gill, où il  consacre son temps et son énergie à l’enseignement, à la promotion et à la défense des droits de la personne. Il a été président-fondateur de la section canadienne de la Commission internationale de juristes et a aidé à mettre en œuvre Amnistie international Canada de même que la Fondation canadienne des droits de la personne.

Par ailleurs, John Humphrey est l’auteur d’un grand nombre d’articles et de plusieurs livres. On lui a décerné 13 grades honorifiques, et en 1974, on le nomme Officier de l’Ordre du Canada. En son honneur, le Centre international des droits de la personne et du développement démocratique a émis un timbre pour la liberté, d’une valeur de 25 000 $. M. Humphrey est décédé à Montréal en 1995 et est enterré à Hampton (Nouveau-Brunswick).

Stanislas Mélone

Le pionnier du droit

Tout premier Africain agrégé des universités françaises en droit privé et en sciences criminelles, Stanislas Melone est né le 07 mai 1941 à Ekitte, près d’Edéa, dans la Sanaga maritime,  région du Littoral.

Après des études primaires et secondaires sanctionnées par un baccalauréat en 1959, il entre à l’université fédérale du Cameroun. En 1964, il sort major de la première promotion des licenciés –actuelle maîtrise – de la nouvelle université.

Après avoir réussi le concours d’Agrégation en 1973, Stanislas Melone s’inscrit comme avocat à la Cour de Cassation en France avant de devenir professeur associé aux universités de Paris II, Bordeaux, Nanterre et Limoges. Sa science sera sollicitée dans les universités francophones. Il se verra confié la présidence du premier jury du Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur.

Jean-Jacques Burlamaqui

Le précurseur du droit naturel

Jean-Jacques Burlamaqui né le 24 juin 1694 à Genève, est un juriste, publiciste et écrivain suisse. Après avoir étudié le droit à Genève, Il voyage en France, en Hollande, en Angleterre et se lie avec Barbeyrac. De retour en Suisse en 1723, il enseigne le droit à l’université de Genève jusqu’en 1740 et en 1721 il devient membre du Conseil des Deux-Cents de Genève. Il en restera membre jusqu'à sa mort en avril 1748.

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

108

Pays
03195331
Aujourd'hui: 1
Cette semaine: 1
Ce mois: 1.221
Mois dernier: 2.029
Total: 3.195.331