Regard : Défis sociologiques liés au Genre dans l’administration de la communauté au Cameroun

On distingue la notion d’égalité ‘‘devant la loi’’ de celle d’égalité ‘‘dans la loi’’. L’égalité devant la loi signifie que la loi, nonobstant son contenu, doit être appliquée à tous de manière égale. L’exigence d’égalité dans la loi, en revanche, s’adresse au législateur : elle interdit d’insérer des dispositions discriminatoires dans le contenu de la loi

En l’état actuel du Cameroun, les discriminations faites aux femmes sont si naturelles qu'on ne sait si la normale est qu’elle soit humiliée. La conception la plus classique de la discrimination vise les situations dans lesquelles des individus placés dans une situation comparable se voient accorder, sans motif légitime ou suffisant, un traitement différent en fonction de leur sexe, de leur couleur de peau ou d’un autre motif prohibé.

Droits des femmes : Egalité des sexes

Avancées inabouties et paradoxales

La progression vers l’égalité entre femmes et hommes est réelle, mais le chemin est encore long. « Les avancées sont inabouties et paradoxales », écrivent les auteurs de l’Atlas mondial des femmes, premier du genre, paru en 2015 sous la direction d’Isabelle Attané. Un document de plus de 120 cartes et infographies sur la condition des femmes dans le monde pour prendre acte des avancées remarquables et mesurer les obstacles.  Ainsi, sont passés au crible le droit pour la femme de disposer librement de son corps, sa sexualité, la famille, la vieillesse, les canons esthétiques : la vie privée de la femme a changé, mais continue à se heurter à des stéréotypes tenace. Quel impact réel des lois sur la parité ? Les données inédites rassemblées dans cet atlas soulignent les avancées et les paradoxes de la condition féminine.

LES FEMMES CAMEROUNAISES AU-DEVANT DE LA SCENE EN 2016

Justine Aime Ngounou Tchokonthieu : Procureur Général prés du tribunal criminel spécial (TCS)

C’est le décret présidentiel du 28 juillet 2015 qui rend la nommée Justine Aimée Ngounou Tchokonthieu,    procureur général près du Tribunal Criminel Spécial (TCS). Cette magistrate hors hiérarchie, 2éme groupe a, à présent comme mission la sanction des prévaricateurs des deniers publics. Cette nomination propulse Justine  Aimée Ngounou Tchokonthieu au rang de l’une des premières femmes à occuper ce poste, resté pendant longtemps au bras de Emile Zéphirin Nsoga, un autre magistrat chevronné dont l’action au TCS était très appréciable au regard des résultats engrangés ; plus de 3 milliards de  FCFA recueillis dans les caisses de l’état, pour environ 146 condamnations.  Immédiatement installée dans ses nouvelles fonctions le vendredi 9 Octobre 2015 par  Laurent  Esso, le ministre d’Etat, ministre de la justice, Garde des sceaux, elle s’est directement mise au travail afin d’atteindre des objectifs visés, celui d’éradiquer le sempiternel problème de l’état qui puisse existe « le détournement des deniers publics ». Pour ce qui est du regard extérieur, on remarque une grande rigueur et beaucoup de dévouement dans son travail, cette particularité qu’elle a su toujours conserver pour elle. 

Journée internationale de la femme : Les actions du MINPROFF

Le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille a une fois de plus tenu son pari: les femmes dans leur diversité, ont reusi à donner de la cohérence aux diverses manifestations en faveur la Journée Internationale de la Femme qui s’est célébrée le 8 mars 2016. Ainsi, des associations de femmes aux thématiques variantes articulées autour de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, ont rivalisé de savoir-faire. Un seul credo:surmonter les obstacles, pour l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme.

Dans l’uniformité des couleurs, la gent féminine camerounaise a montré toute sa mobilisation le 8 mars dernier pour couronner les activités marquant la 31e édition de la Journée Internationale de la Femme. Dans un contexte marqué par le renforcement du dispositif sécuritaire avec la présence d’éléments de la direction de la sécurité présidentielle, le défilé du 8 mars 2016 n’a pas manqué de panache, au regard de la présence massive de femmes: environ 50000 aussi bien à la tribune  que dans les rangs des défilantes.

Ensuite les couleurs. Le violet et l’orange, couleurs dominantes du pagne à deux variantes produit pour  cette année, ont été mis en valeur dans des tenues bien arborées par les femmes. Enfin, les hommes, comme les années précédentes étaient présents parmi les 27000 personnes qui ont défilé pour la 31è édition de la journée internationale de la femme.

Pour la journée à elles dédiée, ce sont des femmes prêtes à surmonter les obstacles que l’on a pu voir prendre d’assaut le macadam du boulevard  du 20 mai: les dix wagons de ce défilé étaient consacrés aux diverses composantes de la société. Ainsi, Les administrations étaient en tête dans huit des dix wagons. L’on pouvait les distinguer en fonction de leurs bannières distinctives.  Dans le carré spécial du bouquet d’honneur, l’une des attractions habituelles du défilé, on a retrouvé les 13 femmes maires ou maires adjointes, des femmes d’affaires et des femmes de la diaspora camerounaise en Occident ainsi que des femmes des délégations étrangères. C’était le défilé des femmes dans toutes leurs diversités socio-culturel: L'administration générale et financière, l'enseignement, la formation et la recherche, la communication, la culture, la jeunesse, le sport et les loisirs, la santé, les affaires et la sécurité sociales, le commerce  se relaient sur le macadam. Imitées par les membres de la société civile, les associations religieuses et familiales, ainsi que les réseaux féminins du département du Mfoundi. Les passages des Camerounaises de la diaspora, des dames des ambassades des Etats-Unis et de France, des ressortissantes de RCA, du Gabon, RDC, Tchad sont très remarquées. De même que ceux des malvoyantes et handicapées, bayam-sellam et travailleuses de la terre. Sans oublier les ressortissantes du Mayo-Sava, un des départements de la région de l'Extrême Nord affectés par les exactions de la secte islamiste Boko Haram. Toutes ont été encouragées par des applaudissements nourris.

Cette  parade féminine a fait le bonheur  de Madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie Thérèse Abena Ondoua  dont il faut saluer l’action  menée pour la réussite de la JIF 2016. Laquelle repésentait personnellement la première dame Chantal Biya.

AVANT L’APOTHÉOSE

Le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille a proposé un menu d’activités devant accompagner la célébration de la Journée Internationale de la Femme 2016. Le quelles ont consisté en  des plaidoyers, causeries éducatives, tables rondes et autres réflexions autour du thème choisi, pour sensibiliser les populations sur les différentes discriminations dont sont victimes les femmes. Des activités culturelles, sportives et ludiques y ont aussi contribué à leur manière.

Cette édition de la journée internationale de la Femme s’est célèbrée sur le signe de l'égalité des sexes. L'un des objectifs de l’année 2016 est de réduire au minimum les inégalités entre les hommes et les femmes dans tous les domaines de la société.

A  cette  occasion,  toute la  semaine  des activités y afférentes s’est déroulée  sous  la  houlette  du  ministère  de  la  Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) en partenariat  avec  les  représentations  diplomatiques,  plusieurs    autres    administrations    sensibles  sur    les    questions    de    genre    et    développement   socioéconomique  des  femmes  et  la  société  civile  qui  est  constituée  des  organisations  de  promotion 

des  droits  des  femmes  et  égalité  des  genres,  les  réseaux  d’associations  féminines  et  entreprises citoyennes.

Plusieurs  réunions  préparatoires  entre  le  ministère  de  la  Promotion  de  la  Femme  et  de  la  Famille et tous ses partenaires cités plus haut se sont déroulées entre le 9 et le 24  février 2016. Au cours de ces réunions,  il a été question pour toutes ces associations, administrations, et entreprises citoyennes de venir présenter leurs activités prévues pour cette célébration.

DES ASSOCIATIONS A L’OEUVRE

-L’association LADIES CIRCLE par exemple, qui milite en faveur des droits des femmes, avait à cet effet, prévu les activités suivantes:

  • Visite dans la Prison Centrale de Yaoundé pour une causerie éducative avec les femmes détenues sur la genèse de la journée internationale de la femme et échange interactif sur le thème de cette édition 2016; le tout couronné par la remise d’un  don  constitué  de  produits  alimentaires, vêtements  et  quelques médicaments (jeudi 3 mars 2016, Prison centrale de Yaoundé);
  • Projection d’un court  métrage  sur  les  rites  de  veuvage suivi  d’un  débat  autour  d’un  café  sur  le  thème :  «Humanisation  des  rites  de  veuvage  au  Cameroun :   enjeux,  défis  et  perspective »

(vendredi 4 mars 2016, restaurant Tour d’Argent, Yaoundé sis à la rue du Capitole);

Participation  à  la  grande  marche  sportive  nationale  des  femmes  organisée  tous  les  ans  à  l’occasion de la journée internationale de la femme (samedi  5 mars 2016) ;

  • Participation à la foire-exposition organisée par le ministère de la Promotion de la Femme et de

la Famille (4 au 6 mars 2016 à l’esplanade arrière de l’hôtel de ville de Yaoundé);

  • Table ronde sur le thème : « Genre et accès à a terre » (vendredi 4 mars 2016)
  • Participation à un  débat  radio  interactif  sur  le  thème  « Femmes,  actrices  de  développement  au  Cameroun: mythe ou réalité _ qu’est-ce qui coince ? » (lundi 7 mars 2016, Yaoundé);  
  • Atelier de renforcement des capacités et de sensibilisation des femmes rurales de Bandjoun pour une meilleure adaptation  face  au  dérèglement  climatique  (15  mars  2016,  Bandjoun,  région  de  l’Ouest Cameroun).

Participation  à  la  grande  parade  (défilé)  du  8  mars présidée par Marie-Thérèse Abena Ondoa, représentante personnelle de la première dame.  

RENCONTRE: AUTONOMISATION, ÉDUCATION ET FORMATION DES FEMMES

La Cameroon Women in Leadership and Developement (Cawoled)  quant elle a organisé  une rencontre qui a regroupé une quarantaine de  femmes  à Douala à l’effet renforcer leurs capacités sur leurs droits.

La rencontre des femmes organisée par l’Organisation non gouvernementale   s’est ouverte 11 février 2016 sur des échanges,  des témoignages  et  partages d’expérience  entre les femmes  sur le thème  retenu pour la 31 ème édition de la journée internationale  de la femme le 8 mars 2016 : « Egalité des sexes et autonomisation des femmes : gagner le pari et surmonter les obstacles».

RENFORCEMENT DES  CAPACITÉS ET DE L’ESTIME DE SOI

Une journée qui intervient dans un contexte particulier. Car, au niveau international, il y avait  la mise en œuvre du programme de développement durable à l’horizon 2030.  Au  niveau national, le Cameroun est la cible  d’attaques  de l’organisation terroriste Boko Haram qui utilise des femmes et des jeunes filles comme kamikazes. Les femmes ont aussi débattu sur toutes sortes de problèmes  de la «  femme, aujourd’hui ». Le problème des femmes face aux conflits et face aux crises politiques a été évoqué.  La question  des pratiques des rites  du veuvage et des traitements inhumains ou contre la dignité de la femme sont revenus plusieurs fois dans les témoignages et interventions des participantes. Les femmes ont déploré   l’abandon des hôpitaux  Pmi  qui ont fourni  la preuve de leur  efficacité hier dans la prise en charge des mères et des enfants  au Cameroun.

APPLICATION DES TEXTES DE LOI

Les recommandations  ont été adressées  d’abord aux femmes, ensuite aux organisations de la société  civile et notamment aux associations féminines et  enfin à l’Etat. Aux femmes, les recommandations militent en faveur   du renforcement de leurs capacités,  du renforcement de l’estime de soi, de l’information, de l’éducation, de la formation, de l’autonomisation, de la connaissance de leurs droits et des voies de recours,  du développement de leurs aptitudes et de leurs compétences.  Aux associations féminines, les recommandations visent l'encadrement des femmes et  le lobbying pour la cause de la femme auprès de certaines  institutions.

Ainsi que  le travail des associations en collaboration avec les structures du Minproff,  le travail des associations en groupe, en réseau  et surtout en synergie. A l’Etat, les recommandations visent globalement l’application des textes de loi existants, le changement des lois et règlements discriminatoires,  la ratification et l’harmonisation des  textes. La rencontre des femmes  s’est déroulée en présence de Mme la déléguée régionale du ministère de la Promotion de la femme et de la famille (Minproff) pour le Littoral Isabelle La fortune Makota. Ainsi  que  de Mmes les délégués d’arrondissement  de Douala 1 er,  de Douala 3ème et de Douala  5ème.

A l’instar de ces deux associations qui oeuvrent pour la promotion de la Femme, plusieurs autres regroupement de femmes viennent ainsi contrarier les préjugés négatifs sur le bien- fondé de la journée internationale de la Femme qui, pour certains, tient lieu de folklore.

Nadine Eyikè

Egalité des sexes au Cameroun : Le pays en phase avec l’agenda mondial

Le thème générique 2016 pour la Journée internationale de la femme est Planète 50-50 d'ici 2030 : Franchissons le pas pour l'égalité des sexes. À l’occasion du 8 mars, l’Organisation des Nations Unies a mis l’accent sur les moyens d'accélérer l'Agenda de 2030, sur la création d’un élan pour la mise en œuvre effective des nouveaux objectifs de développement durable, des nouveaux engagements dans le cadre de l’initiative Franchissons le pas d’ONU Femmes et d’autres engagements existants sur l'égalité des sexes, l'autonomisation des femmes et les droits des femmes.

« Nous avons brisé tellement de plafonds de verre que le sol est jonché de tessons. Nous balayons les hypothèses et les préjugés du passé, afin que les femmes puissent franchir de nouvelles frontières », a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la femme. « Nous exhortons les pays à « accélérer la cadence » dans l’instauration de l’égalité des sexes », a-t-il martelé.

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,4% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

106

Pays
03194950
Aujourd'hui: 19
Cette semaine: 393
Ce mois: 840
Mois dernier: 2.029
Total: 3.194.950