MRC : Les candidats de Yaoundé présentés aux médias

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), M. Maurice Kamto a présenté le 13 septembre dernier à la presse, les candidats de son parti qui devront concourir aux députations dans le Mfoundi.

M. Maurice Kamto, tête de liste du MRC aux élections législatives dans la circonscription électorale du Mfoundi a commencé par se présenter lui-même avant de dévoiler le candidat, M. Biloa Effa. Sur le compte de ce dernier, il a souligné que : « cet homme est connu depuis 30 ans dans le milieu politique, il est par ailleurs chef coutumier. Le fait qu’il soit basé à Yaoundé II, le place au cœur de la capitale ». Le troisième candidat présenté a été M. Pascal Zamgoé, ce vieux routier de la politique comme l’a dépeint le président, est le coordonnateur général de la campagne du MRC dans le Mfoundi. « C’est une dame qui constitue un symbole dans la liste de notre parti. Elle représente une composante sociologique majeure », a commenté Maurice Kamto en présentant Mme Awawou. La présentation s’est poursuivie avec le trésorier national du parti, Dr Alain Fogue qui est par ailleurs enseignant d’université. Une autre femme a ensuite été citée en la personne de Mme Ndongo avant que la boucle des candidats titulaires du MRC dans le Mfoundi ne soit fermée sur le secrétaire national du parti, Me Christelle Ndong issue de la région du Nord-ouest.

Au sujet de la représentativité de cette liste, le président Kamto a souligné que : « les grandes aires géographiques du Cameroun y sont représentées. Quand je regarde les autres listes, commente-t-il, je crois que nous sommes un exemple ».

MRC : début de campagne

Le parti du Pr Maurice Kamto a donné une conférence de presse à son siège de Yaoundé. A l’ordre du jour, le point sur la campagne électorale qui a débuté le 15 septembre 2013.

Pour une première rencontre avec les médias dans le cadre de sa première campagne électorale, le jeune parti du Pr Kamto a observé un retard qui a bien failli réchauffer l’ambiance. Toutefois, tout est rapidement rentré dans le  calme après que le professeur ait expliqué aux hommes de médias, la raison de ce manquement lié aux difficultés observées à la Crtv télé pour l’enregistrement du message de campagne.« Je suis  confiant dans notre message et sa nouveauté », a lancé le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Pour faire le point de trois jours de  campagne, après le lancement qui s’est opéré le 15 septembre dernier conformément au droit électoral. Pour se prêter au jeu, le MRC a choisi Yokadouma pour lancer dimanche le 15 son opération de charme politique. La suite de la campagne de ce jeune parti se poursuit dans la région du Nord-ouest. Ce dernier a ajouté: « la raison de notre lancement de campagne à Yokadouma est à la fois géostratégique et symbolique. Cette ville est le symbole de notre volonté de rassembler les Camerounais. Il n’est pas acceptable que malgré ces revenus liés à l’exploitation forestière, la commune de Yokadouma n’ait pas de routes bitumées. Il faut savoir que notre discours est le rassemblement afin pour nous, de  mobiliser sur le seul objectif qu’est le développement du Cameroun. Nous sommes préoccupés par les problèmes de fond des populations.» Le Pr Kamto a rappelé être lui-même candidat dans la circonscription du Mfoundi qu’il habite depuis 40 ans. « C’est une circonscription particulière dans la mesure où il s’agit du siège des institutions », a –t-il justifié. A l’endroit de ses camarades du parti, il a déclaré qu’il est important d’envoyer le président national du MRC à l’Assemblée Nationale. Tout le long de cet échange avec les hommes de médias, le président du MRC s’est voulu convaincant en entrant dans le vif de sa campagne. Dans cette veine, il a fait état de tous les atouts des listes de son parti. « Dans nos listes, vous y trouverez toutes les composantes sociologiques qui n’ont pas souvent été prises en compte par les autres partis politiques. Je veux prendre l’exemple de la communauté des gens du grand nord qui vit au quartier briqueterie »,a-t-il expliqué avant d’ajouter : « nous n’avons pas voulu faire de la figuration, partout où nous avons présenté des listes, nous avons l’intention de gagner. Nous ne sommes pas un parti d’intellectuels. Car, je peux vous parler du DEUK dans le Mbam et Inoubou ».

CNC: Un guide pour les journalistes

Le président du Conseil national de la Communication (CNC), Mgr Befe Ateba, a tenu un point de presse au Yaoundé Hilton Hôtel le 14 septembre 2013, à l’effet de présenter aux journalistes, le guide de traitement de l’information en période électorale.

« Nous serons fermes et sévères sur les écarts des journalistes », a promis le président du CNC à la cinquantaine de médias qui ont pris part à la conférence que tous les autres membres et lui-même donnaient au Yaoundé Hilton Hôtel, la veille du début officiel de la campagne. Traiter l’information en période électorale a toujours demandé beaucoup de délicatesse, d’où la nécessité de fournir un repère en français et en anglais aux hommes de médias sans lesquels, aucune démocratie n’a pas se construire, comme l’a reconnu Mgr Befe Ateba.

Élections municipales et Législatives 2013 : Les gouverneurs mis à contribution

A la faveur de la traditionnelle conférence semestrielle des gouverneurs, qui s’est tenue le 23 juillet 2013 au palais des Congrès de Yaoundé, les 10 chefs de régions ont été invités à contribuer à la sécurité du double scrutin.

Pour l’année 2013, la première conférence semestrielle des gouverneurs des 10 régions du Cameroun a fortement été marquée et influencée par deux évènements d’actualité. Le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, M. Réné Emmanuel Sadi qui présidait la cérémonie, a partagé ce constat avec les chefs des plus importantes unités administratives. A côté du thème de la sécurité et la sûreté maritimes, c’est la proximité du scrutin électoral du 30 septembre 2013 qui a capitalisé les réflexions de cette traditionnelle rencontre. Le thème choisi pour les échanges, intitulé : « les défis sécuritaires et les enjeux électoraux », résumait cette empreinte marquée  de l’actualité.  Le panel de personnalités qui a été convié à s’entretenir avec les chefs administratifs des régions du Cameroun, a témoigné de la diversité et de la pertinence des sujets inscrits à l’ordre du jour de cette conférence. Ainsi, le ministre des Relations Extérieures, S.E.M. Pierre Moukoko Mbonjo a été invité à l’effet d’entretenir les gouverneurs sur les questions et les enjeux liés à la Conférence internationale sur la sureté et la sécurité dans l’espace maritime du Golfe de Guinée. Cet évènement d’envergure qui a rassemblé à Yaoundé les 24 et 25 juin 2013 entre les chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) et la Commission du Golfe de Guinée (Cgg). A côté de cette intervention du Minrex sur les défis sécuritaires dans le Golfe de Guinée, on pouvait également remarquer la présence du directeur général des élections du Conseil Eléctoral, « Elections Cameroon », M.  Mouhaman Sani Taminou qui devait s’entretenir avec les dix gouverneurs sur l’état d’avancement de la préparation des élections municipales et législatives.

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,4% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

106

Pays
03194951
Aujourd'hui: 20
Cette semaine: 394
Ce mois: 841
Mois dernier: 2.029
Total: 3.194.951