Projet hydroélectrique de Grand Eweng: Hydromine présente son étude d'impact environnement

Pour la réalisation du projet de construction du barrage hydroélectrique de Grand Eweng, la société à capitaux étrangers Hydromine a dû sacrifier à l'obligation préalable de faire une étude d'impact environnementale conformément à la réglementation camerounaise.

La concession à laquelle s’applique cette étude d'impact environnemental et social (EIES) produite par Hydromine a pour objet: la construction d'un barrage hydroélectrique de Grand Eweng dans le département de la Sanaga Maritime, sur le fleuve Sanaga à Log Pagal, près du village Kahn, dans la région du Littoral dans le département du Nyong-et-Kellé dans la région du Centre.

Ce projet est couplé avec une ligne d'interconnexion électrique 400 KV reliant la centrale de la production au réseau interconnecté Sud (RIS). Le projet hydroélectrique comprendra une retenue d'eau de 1.80 milliards de mètres cubes pour une superficie de 100 km2 à la retenue normale (RN) pour une production moyenne environ de 7500 GWH d'énergie électrique. Ce projet sera réalisé en cinq ans.

IMPACTS POSITIFS DU PROJET

Le projet de construction du barrage du Grand Eweng trainera sur son sillage, outre l'amélioration de l'accès à l'énergie électrique mais aussi l'accès aux infrastructures sociaux communautaires de base. Il contribuera au développement économique du pays. le tourisme sera boosté; toutes choses qui contribuent à la création d'emplois et de richesses, d'autant plus qu'il va densifier le réseau routier, moderniser l'habitat, améliorer le cadre de vie des populations, etc... Des actions qui s'inscrivent dans le cadre du développement local et régional.

IMPACTS NEGATIFS DU PROJET

Comme toute industrie, la construction des barrages porte un coup sérieux à l'environnement (physique, biologique et humain).

Au plan physique, l'on peut noter la modification du paysage, des nuisances sonores, la dégradation des sols, la pollution des eaux et des sols, les inondations, le changement du régime d'écoulements d'eau et la modification du système hydrologique.

Au plan biologique, la destruction du couvert végétal, la perte des habitats fauniques, la fragmentation écologique mettant à mal l'intégrité écologique du milieu, la prolifération des plantes aquatiques envahissantes, la perturbation du mode de vie des poissons et de toute la faune ichtyologique (espèces de poissons) et le risque de collision des oiseaux contre les câbles ou les pylônes.

Au plan humain: le projet, qui amène l'Etat à procéder à des expropriations pour cause d'utiliter publique, amène le déplacement des populations situées dans l'emprise du barrage (près de 3300 personnes ) et à être recasées ailleurs; l'on peut citer également les immigrations opportunistes (" camps followers"), l'accès limité des personnes vulnérables  aux emplois offerts (femmes, vieillards, populations marginales et non qualifiées); la précarité des personnes déplacées en cas de non respect des clauses de réinsertion et indemnisations après la perte de leurs habitations et leurs plantations, les infrastructures de base (routes, écoles, centres de santé etc.); augmentation du braconnage et la prévalence de certaines maladies tropicales du milieu (paludisme, onchocercose, VIH/Sida etc.).

MESURES POUR LA GESTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET

Le projet compte par conséquent amoindrir les impacts négatifs du projet en modulant la production d'électricité tout au long de la journée et de fournir l'électricité en fonction de la demande pendant les heures de pointe. Autre mesure, un fonctionnement  en période de pointe encadré par des procédés qui minimisent les impacts sur l'aval notamment la modération de la vitesse et la descente u plan d'eau aval;

Autres mesures d'atténuation, le développement d'un plan santé - sécurité - environnement, le balisage des lignes de transmission d'énergie, la création des zones de restauration/réhabilitation de la biodiversité, le soutien à la protection de la forêt d'Ebo, le déplacement des populations animales piégées sur les îlots, le suivi de la qualité des eaux de la Sanaga et autres mesures correctives consécutives à la dégradation de l'environnement. Le cahier des charges prévoit non seulement l'appui au développement local, mais également le rétablissement des accès routiers.

Le Plan de Gestion Environnement et Social (PGES) a pris en compte toutes les préoccupations des populations pendant les consultations publiques, telles que l'implication effective des autorités administratives locales, les réunions d'informations avec les populations avant chaque descente des équipes EIES, et le plan de réinstallation des populations prend en compte  les conditions de réinsertion des populations délocalisées sur les villages des départements de la Sanaga -maritime et du Nyong-et-Kellé. Si ce cahier de charge est respecté par Hydromine, le projet de construction du barrage de Grand Eweng apportera une plus-value au plan économique et accompagnera le processus de décentralisation mis en œuvre depuis 2007 et boosté par le Grand Dialogue National.

Nadine Eyikè

Articles liés

Science E = mc2, c’est fini ?

Moyen –Orient

Nations Unies : fin de rideau

Santé:

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,7% Cameroon
fr-FR 7,6% fr-FR
United States 3,7% United States

Total:

93

Pays
03191891
Aujourd'hui: 51
Cette semaine: 141
Ce mois: 1.879
Mois dernier: 2.032
Total: 3.191.891