BIP 2021 : le Minepat élabore un guide pratique pour la bonne exécution

L’exécution physico-financière du budget d’investissement public (BIP) affiche des performances peu satisfaisantes. Tant pour les pouvoirs publics que pour les populations bénéficiaires des différents projets à réaliser dans ce cadre. Ce constat émane du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). D'où l'élaboration d'un manuel de procédure pour une meilleure appropriation.

Pour corriger ces contreperformances dues à « la faible appropriation des nouvelles procédures en matière de finances publiques et de la commande publique », Il a donc été décidé au sein du Minepat de déployer les efforts pour infléchir la tendance négative. L’élaboration d’un manuel de procédure, à en croire le ministre Alamine Ousmane Mey,   permettre « d’optimiser l’exécution du BIP au terme de l’exercice 2021 et réduire substantiellement les entraves régulièrement constatées à la bonne exécution des projets d’investissement public ».  Le guide de 100 pages intitulé « BIP 2021 : les clés de la bonne exécution » est présenté comme
Il s’agit d’un document de près de 100 pages, édité en versions française et anglaise, et présenté un outil d’appropriation des procédures de contractualisation et d’exécution physico-financière du BIP. Il définit par exemple le rôle de chacun des intervenants de la chaîne, tant au niveau de l’exécution que du suivi des
différents projets retenus pour l’exercice. Selon le ministre, le guide, divisé en cinq chapitres, s’inscrit davantage dans une démarche pédagogique pour un meilleur accompagnement des utilisateurs. Ainsi, le lecteur pourra avoir une idée sur le contexte et le cadre de référence pour une bonne exécution du BIP en 2021.
Il sera également édifié sur les principaux intervenants de la chaîne, les principales procédures et le dispositif de suivi de l’exécution des projets. Dans le cinquième et dernier chapitre, le lecteur aura droit à des fiches pratiques sur certaines procédures d’exécution telles que la signature d’un contrat ou d’un avenant en matière de commande publique, l’annulation d’une autorisation de dépense d’investissement, le report ou le réaménagement de crédits, la modification de la nature juridique d’un projet, etc.
Pour mémoire, le BIP 2021 s’élève à 1 406,5 milliards de F et est principalement porté, grâce à une proportion de 64,5% de cette enveloppe, par le secteur des infrastructures. Attendu donc en fin d’exercice, un taux d’exécution à la hauteur des attentes de développement économique et social des populations.

Nadine Eyikè

Articles liés

Science E = mc2, c’est fini ?

Moyen –Orient

Nations Unies : fin de rideau

Santé:

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,4% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

106

Pays
03194950
Aujourd'hui: 19
Cette semaine: 393
Ce mois: 840
Mois dernier: 2.029
Total: 3.194.950