Guerre en Ukraine: conséquences pour le Cameroun

Dépendant des matières premières agricoles russes et ukrainiennes, le Cameroun, tout comme le monde entier, essuie de plein fouet les conséquences de la crise entre les deux pays.

Depuis le mois de mars 2022, le prix du pain a été revu à la hausse dans les boulangeries du triangle national. La baguette habituellement vendue à 150 FCFA a connu une inflation, atteignant 200 FCFA, au grand dam du consommateur qui a eu beau jeu de protester, sans effet... A en croire les pouvoirs publics et particulièrement le ministère du commerce, il y a eu un coup d’arrêt sur les importations de blé provenant d’Ukraine et de Russie. En cause, les conflits d'intérêts qui opposent  la Russie et l'Ukraine à propos  notamment sur le statut de la Crimée et sur le contrôle de la flotte de la Mer Noires.  Le Cameroun et tout le contient subissent les conséquences de ce conflit qui polarise l’Occident atlantiste. D’où des préoccupations du gouvernement sur la sécurité alimentaire.

Faut-il le rappeler, c’est le 24 février 2022 que la Russie, a attaqué l’Ukraine et depuis lors, le monde a basculé, puisque cette crise a un impact sur les ressources énergétiques tels le pétrole et le gaz et sur les ressources agricoles comme le blé, les deux pays se positionnant en têtes d’affiche des fournisseurs mondiaux.

Cela se vérifie plus précisément dans la hausse des prix des denrées de première nécessité, parmi lesquelles, le riz, l’huile végétale, la farine de blé et par conséquent le pain, la pâtisserie.

Doit-on imputer cette inflation généralisée des produits de premières nécessité à la seule crise ukrainienne ?  Il suffit de passer en revue ces deux dernières années : entre juin 2020 et juin 2021, le niveau général des prix dans les marchés du Cameroun a augmenté de 2,2%, selon l’Institut national de la statistique (INS). Calculette en main, l’inflation n’est que très légèrement en baisse au Cameroun en glissement annuel, passant de 2,5% à fin juin 2020 à 2,2% à fin juin 2021. À en croire les analystes de l’INS, ce niveau d’inflation est la résultante du renchérissement des produits alimentaires. « En moyenne sur les 12 derniers mois, les tendances inflationnistes demeurent et sont tenues par les prix des produits alimentaires », qui ont progressé de 3,7% à fin juin 2021, contre seulement 3,2% au premier semestre 2020, précise l’INS. Passer en revue

Quelles peuvent en être les causes ?

L’INS, d’après des données statistiques, relèves des causes tant endogènes qu’exogènes. S’agissant des premières, on peut citer, selon l’INS, « la spéculation des commerçants distributeurs du fait de la réduction de la mobilité au niveau des frontières, la faiblesse de l’offre des produits agricoles due aux changements climatiques qui perturbent les cycles agricoles, l’insécurité persistante dans certaines régions du Cameroun qui continue d’éroder les capacités de production des ménages agricoles, l’approvisionnement limité des grands centres de consommation à cause de la dégradation de certains axes du réseau routier ou ferroviaire… ».

Pour ce qui est des secondes, « la conjoncture internationale liée aux dysfonctionnements des chaînes d’approvisionnement créés par la pandémie » du Coronavirus est mise à l’index par l’INS. A cela s’ajoute le conflit russo-ukrainien. De ce point de vue, le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a multiplié des réunions avec les opérateurs de ces secteurs d’activités, qui n’ont pas réellement apporté des solutions.

Plusieurs pays en Afrique sont également touchés par la guerre en Ukraine. Et les deux pays n’en sont pas encore à fumer le calumet de la paix. Il serait donc temps, pour le Cameroun comme pour l’Afrique toute entière, de réellement miser sur des alternatives continentales et locales. Quels substituts pour la farine de blé, les huiles végétales, le riz importé etc. ? Il serait temps que les »made in locaux » dépassent le cap de l’artisanat. Mais en attendant, la président de la Commission de l'Union Européenne Ursula von des Leyen, a annoncé, du haut de la tribune du Forum Economique de Davos, la volonté européenne de soutenir les économies africaines face à la sécurité alimentaire.

Nadine Eyikè

Articles liés

Science E = mc2, c’est fini ?

Moyen –Orient

Nations Unies : fin de rideau

Santé:

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,6% fr-FR
United States 3,7% United States

Total:

112

Pays
03198066
Aujourd'hui: 51
Cette semaine: 259
Ce mois: 688
Mois dernier: 1.548
Total: 3.198.066