Diocèse d'Edea: Noces de nickel de l’abbé Mathias Stéphane BELL BELL

Le samedi 14 mai dernier, les communautés chrétienne et laïque Bati, Mpoo et Bassa ont communié avec l’abbé Mathias Stéphane Bell Bell pour commémorer les 28 ans de son sacerdoce. C’était à la paroisse Saint-André de Pouma Nkondjock, dans l’arrondissement de Pouma, département de la Sanaga Maritime dans la région du Littoral, où le jubilaire exerce son magistère comme curé depuis 2018.

Il était environ 11 heures, quand la procession rythmée par l’une des chorales du diocèse d’Edéa commence dans l’ordre suivant : la croix, les porteurs de cierge, les enfants de chœur, les catéchistes, les prêtres, les deux évêques, Mgr François Achille Eyabi, évêque d’Eséka, Mgr Victor Tonye Bakot, Archevêque Métropolitain de Yaoundé, et le jubilaire pour clôturer. C’est l’ouverture de la célébration de l’Eucharistie, c’est-à-dire l’action de grâce au Seigneur à l’occasion du 28ème anniversaire sacerdotal de l’abbé Mathias Stéphane Bell Bell. « Cette action de grâce au Seigneur pour ce qu'il fait de nous. Nous portons dans ces vases fragiles que nous sommes, l'inestimable grâce de Dieu qu'est le sacerdoce », deux phrases qui expliquent le bien-fondé de la célébration des noces de nickel du sacerdoce de l'abbé Mathias Stéphane Bell Bell. Et, prononcées à l'entame de l'office-célébration par l'évêque-officiant Monseigneur François Achille Eyabi, elles véhiculent la charge symbolique d'un magistère qui est un don de Dieu.

« Je suis venu non pour être servi, mais pour servir. »

Au cours de la célébration eucharistique, des discours de circonstance prononcés pour célébrer le prélat, avec une constance: l'abbé Mathias Stéphane Bell Bell a été pendant ces 28 ans, un véritable serviteur de Dieu, véritable disciple de Jésus, homme au service des hommes. Des descriptions qui collent au verset biblique dont il a fait son credo: « Je suis venu non pour être servi, mais pour servir. » ou sa version latine «  Non ut ministraretur, sed ut ministraret».

Une débauche d'éloges

Ainsi, du florilège panégyrique, l'on retient en premier lieu, l'homélie de Monseigneur Victor Tonye Bakot, archevêque métropolitain de Yaoundé dont voici quelques  morceaux choisis: « L'Abbé Mathias Stéphane Bell Bell est un prêtre joyeux, heureux de son sacerdoce...C'est un esprit créateur, un esprit vif. Un homme généreux. Il est capable de faire prospérer n'importe quel bien. Pour lui, la vie est une célébration. ».  «Je suis venu honorer le choix de Jésus sur la personne de Mathias qui en a fait son ministre , son prêtre pour l'éternité . Je suis venu lui dire de rester fidèle à sa vocation de prêtre et de servir avec joie et amour », a ajouté celui que l'abbé Mathias appelle son père, son mentor et son conseiller. Monseigneur Victor Tonye Bakot sera d'ailleurs cette boussole qui va orienter ses fonctions ecclésiastiques au point qu'il occupera un poste important à la Conférence épiscopale du Cameroun. Il en est de même pour ses études: le journalisme et  la diplomatie sont les résultantes de cette filiation spirituelle entre  les deux hommes.

En second lieu, le portrait brossé par le représentant des amis de l'abbé Mathias Stéphane, en la personne du Professeur Jean Marie Kasia, Administrateur Directeur Général du CHRACERH qui  décrit un ami disponible: « Aussi longtemps que je me souvienne, la silhouette affable de l'abbé Bell Bell est attachée à tous les événements de ma vie, depuis que je le connais. Des moments euphoriques aux plus dysphoriques, il vous suffit de l'appeler ou même qu'il en soit informé par ses réseaux personnels ou professionnels et il accourt....J'ai trouvé en lui un ami attentif, qui sait écouter». L'éminent professeur décrit également un prélat étonnant: « En lui tout seul, l'Abbé Bell Bell renferme ainsi l'ancien séminariste pétri de théologie et de casuistique, le journaliste à la culture générale incollable et le pur produit de l'Institut des Relations Internationales du Cameroun rompu aux usages protocolaires et au discours diplomatique. Ce profil d'homme-orchestre fascine et lui confère un entregent qui est tel qu'il ferait venir même le Christ en son temps dans votre maison. »

En réponse à toutes ces éloges, l'homme du jour n'a pas manqué de faire le serment de continuer à servir son Dieu tout en œuvrant pour les pauvres et les démunis.  D'ailleurs sa mission est loin d'être achevée. L'homme entame un nouveau chantier, celui de la construction d'une maison de retraite pour les prêtres à Saint André de Nkondjock, avec l'onction des donateurs qui se sont manifestés ipso facto pour mettre une pierre à cet édifice ecclésiastique.

Il faut rappeler que l'abbé Mathias qui a été ordonné prêtre en 1994 a fait coïncider le jubilé de son sacerdoce avec le jour de la célébration de la Saint Mathias, apôtre de Jésus. Tout comme Matthias, le curé de Saint André de Nkondjock Pouma a été choisi par Dieu. L'Evangile de Jean 15 au verset 16 fait d'ailleurs chorus: « C'est moi qui vous ai choisis du milieu du monde, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, dit le Seigneur ».

Nadine Eyikè

 

Articles liés

Science E = mc2, c’est fini ?

Moyen –Orient

Nations Unies : fin de rideau

Santé:

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,4% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

106

Pays
03194950
Aujourd'hui: 19
Cette semaine: 393
Ce mois: 840
Mois dernier: 2.029
Total: 3.194.950