VATICAN : Renonciation du Pape Benoit XVI, une leçon de courage et d’humilité

L’élection du nouveau pape pourrait avoir lieu plutôt que prévu. Le pape Benoît XVI qui a démissionné le 28 février dernier, avait émis, quelques jours avant, un décret appelé motu proprio , pour donner la possibilité d’anticiper le conclave des cardinaux qui éliront son successeur. Reste tout de même un délai de 15 à 20 jours après le démarrage de la période du siège vacant.

Benoit XVI part avec le titre de Sa Sainteté Benoit XVI, pape émérite. Le 265e successeur de St Pierre a dû faire ses adieux le 27 février à plus de 50000fidèles amassés Place Saint Pierre. Benoit XVI a profité de cette ultime occasion pour adresser à la communauté catholique un message d’espoir.

Bien que le pape ait  donné les raisons de sa renonciation, des supputations ne manquent pas d’alimenter cette chronique, qui demeure un fait rarissime. Benoît XVI est le premier pape renoncer à son pontificat depuis 1415, date à laquelle Grégoire VI avait démissionné. Et avant lui, trois autres papes s’étaient déchargés de leur responsabilité pontificale.

« Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer, de façon adéquate, le ministère pétrinien », avait indiqué le pape en latin lors d’un consistoire au Vatican.

« Cette vigueur s’est amoindrie ces derniers mois en moi, d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié », a confié le pape.

« C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de Saint Pierre qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005 », a-t-il déclaré lors de l’annonce de la démission.

Pourtant, plusieurs révélations de la presse italienne font état de certaines pressions qu’aurait fait subir un prétendu lobby homosexuel aux prélats. Ces derniers auraient été victimes d’un chantage pour avoir utilisé les services d’un réseau de prostitution homosexuelle au sein du Vatican.

Selon le journal la Republica, le pape aurait démissionné pour ces raisons impliquant  prélats et  laïcs étaient était au cœur du scandale Vatileaks. Les connaisseurs de la curie romaine restent dubitatifs quant à de telles affirmations émanant de la presse.

Quelle que soit la raison cachée de sa démission, le pape Benoit XVI est libre de partir, d’ailleurs au plan de la rectitude juridique,  le droit canon prévoit clairement les conditions dans lesquelles le pape peut renoncer à sa fonction. C’est ainsi que le Code canonique de 1983 élaboré sous la papauté de Jean-Paul II évoque la notion de « renonciation ». La démission du pape est donc prévue par l’article 332 dans le Code du droit canonique.

Cet article 332 du Code du droit canonique précise que « s’il arrive que le pontife romain renonce à sa charge, il est requis, pour la validité, que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit ». Le Pape étant, pour les catholiques, le représentant de DIEU sur terre, aucune honorable personnalité humaine ne pourrait recueillir ou consentir à sa démission. La décision de démissionner doit être prise librement…

Et, c’est en application de cette disposition canonique que le 28 février 2013, la démission du Cardinal Joseph RATZINGER est devenue définitive, ouvrant ainsi la porte à l’élection d’un nouveau pape qui devrait être désigné pour Pâques, le 31 mars, après un conclave qui sera tenu nécessairement dans les 15 à 20 jours qui suivront cette démission annoncée.

Au-delà de l’absence nécessaire d’un quelconque jugement de valeur sur cette démission-renonciation papale, il convient de saluer le courage, l’abnégation mais surtout, l’humilité du Saint-Père.

Synthèse Emilienne N. Soué

La France projetterait d'intervenir en Somalie

Paris se préparerait à aider les troupes kenyanes qui interviennent depuis dimanche au sud de la Somalie contre les milices islamistes Shebab.

La France projetterait d’aider les troupes kenyanes qui interviennent depuis dimanche au sud de la Somalie contre les milices islamistes Shebab. En sus, elle pourrait également apporter  un soutien financier à Nairobi dans sa lutte contre le terrorisme. La France dispose d'une base militaire à Djibouti, à proximité de la Somalie, avec près de 2.000 troupes terrestres d'élite et des avions de transport et de combats pré-positionnés (dont 7 mirages). Sur cette base, Français et Américains entraînent conjointement les forces gouvernementales somaliennes qui affrontent les Shebab depuis 10 ans. L'opération des Kenyans a été initiée alors que les troupes gouvernementales ont lancé une offensive contre les dernières positions tenues encore par les milices islamistes liées à Al-Qaïda dans la capitale somalienne Mogadiscio.

Primaires socialistes: Hollande gagne sans une grande marge.

9% des suffrages placent François Hollande en tête du premier tour de la primaire socialiste. Il est tout  de suite talonné par Martine Aubry avec ses 31% des voix. En troisième position, vient Arnaud Montebourg avec 17%, celui qui a créé la surprise de ces primaires. Loin dernière Ségolène Royal, l’égérie socialiste de la présidentielle de 2007 qui a seulement totalisé 7% des voix et Manuel Valls avec 5%. Les voix d’Arnauld Montebourg vont se monnayer cher, car, elles permettront de départager Hollande et Aubry au second tour. L’entre-deux tour est désormais sous le signe des négociations.

france: Primaire socialiste, le dernier débat

C’est sur  BFM-TV hier mercredi soir qui a eu lieu le troisième et dernier débat  télévisé entre les six  candidats à l’investiture socialiste à la primaire du 09 octobre. Après une grand-messe un peu solennelle sur France Télévisions mi-septembre, un débat un peu plus vivant mais sans attaque frontale sur i-Télé, les six postulants à l’Elysée se sont retrouvés dans le décor bleuté de la chaîne câblée à quatre jours du premier tour. Trois séances de brainstorming socialiste en prime time ont fait l’essentiel du débat.

C’était  la dernière chance pour François Hollande, Martine Aubry, Ségolène Royal, Arnaud  Montebourg, Jean Marie Baylet, Emmanuel Valls,  de s'exprimer en direct et en prime time sur l'Europe, la retraite, la santé...

Expulsions des Roms

La Communauté Tsigane fait encore parler d’elle. Après l’Italie, c’est la Suède et la France qui décident d’expulser les Roms, posant le problème de l’intégration de ces peuples nomades au sein de l’espace européen.

Suite à un durcissement de sa politique fin juillet 2010, le gouvernement français décide de démanteler  des camps illégaux des Roms à Saint Denis, en île  de France (Région parisienne). Le 20 août, 93 Roms sont expulsés vers la Roumanie à bord de deux avions, malgré des vives  protestations d’une partie de l’opinion française.

L’expulsion est assortie d’une aide au retour humanitaire (ARH).  Versée au moment du départ,  elle s’élève à  300 € par adulte et à 100 € par enfant accompagnant. Les frais de voyage sont également pris en charge. Ce qui donne, avec ces frais, une dépense d’environ 20 000 € par personne renvoyée.

Mais voilà, ce qui semble être une simple mesure sécuritaire prend une autre tournure : l’existence d’une circulaire  ministérielle datant du 5 août 2010, ciblant explicitement  les Roms.

Histoire du Sénat français

Le Sénat constitue la chambre haute du Parlement français selon le système du bicamérisme. Il détient le pouvoir législatif concurremment avec l'Assemblée nationale. En vertu de l'article 24 de la Constitution de la Ve République, il est le représentant des collectivités territoriales et, avec l'Assemblée nationale, des Français établis hors de France. Il siège au palais du Luxembourg.

Le Sénat, qui compte 348 sénateurs depuis le renouvellement de 2011, a subi plusieurs réformes de son mode d'élection. Depuis l'adoption de la loi n° 2003-697 du 30 juillet 2003, les sénateurs sont élus par 150 000 grands électeurs au suffrage universel indirect, soit proportionnel (52 %), soit uninominal à deux tours (48 %), pour un mandat de six ans, renouvelable par moitié tous les trois ans à partir de 2011.[]

Depuis le 1er octobre 2008, le président du Sénat français est Gérard Larcher (sénateur UMP des Yvelines).

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,6% fr-FR
United States 3,7% United States

Total:

112

Pays
03198065
Aujourd'hui: 50
Cette semaine: 258
Ce mois: 687
Mois dernier: 1.548
Total: 3.198.065