Tolérance Zéro contre les trafiquants d’espèces fauniques protégées

Il fait de moins en moins bon d’être un trafiquant de produits issus de la faune sauvage protégée au Cameroun et même dans les pays voisins.

 

Le nommé Jaques Ango, trafiquant de Mandrill vient d’être condamné à deux mois d’emprisonnement par le Tribunal de Première instance d’Ebolowa dans le Sud. Il  avait été arrêté le 27 Janvier dernier dans le chef-lieu de la Mvila, en train de vendre un mandrill vivant ; une espèce totalement protégée par la réglementation camerounaise en matière de faune. Au courant de la même période, Oumarou Bouba, Abo Mohamadou et Lintout Salifou, trois autres  trafiquants  étaient arrêtés  en possession de 20 défenses d’éléphants en février 2011 à Ntam dans le Haut-Nyong, Région de l’Est, à la frontière avec le Congo. Ils ont  écopé d’une peine d’emprisonnement de six mois infligée par le Tribunal de Première Instance d’Abong-Mbang.

Ces deux cas ne sont pas isolés. Ces décisions de justice ne sont, en effet,  que l’aboutissement d’un long processus commencé sur les lieux de trafic.

Depuis 2003, le ministère de l’Environnement et des Forêts (Minef) devenu entre temps ministère des Forêts et de la Faune, avec ses partenaires techniques, tel que LAGA, a mis sur pied un programme de conservation de la faune par l’application de la loi faunique.

 

Le contrôle

 

Au départ du processus, des agents formés aux techniques d’enquête et de traçage des trafiquants  dans le pays;  ils sont rejoints ensuite par les forces de l’ordre - Gendarmerie et police. Une fois les preuves réunies, l’on  peut procéder aux arrestations des suspects qui sont tout de suite transmis à la justice.   Les peines encourues selon les dispositions de la loi N° 94/01 du 20 Janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche vont jusqu’à 3ans de prison, et/ou à une amende atteignant les10 millions FCFA., à l’encontre de tout contrevenant  en possession  d’une espèce protégée vivante ou morte.

Les trafiquants, bien que de plus en plus organisés, doivent faire face à la détermination du ministre en charge des Forêts et de la Faune à veiller à l’application de la loi : «Ceux qui croient pouvoir décimer notre faune n’y parviendront pas», avait alors averti le Pr. Elvis Ngolle Ngolle. Pour Ofir Drori, directeur de Last Great Ape Organisation (LAGA),  une ONG  qui protège les grands singes,  les trafiquants utilisent des méthodes de plus en plus sophistiquées qui nécessitent une réponse tout aussi sophistiquée. Et les résultats sur le terrain le prouvent : au moins, un trafiquant traduit devant les tribunaux et condamné chaque semaine.

Cependant, le champ d’action des trafiquants est  transfrontalier, et par conséquent,  une réponse à l’échelle sous régionale a, elle aussi, été trouvée.

Le Congo Brazzaville, la République Centrafricaine et le Gabon ont déjà lancé des programmes similaires sur leurs territoires, inspirés du model camerounais d’application de la loi faunique.  En témoigne l’arrestation, le 7 Septembre dernier,  à Bangui en RCA, d’un trafiquant d’espèces fauniques protégées en possession de peaux de différentes espèces sauvages protégées tels que le lion, le léopard, le crocodile et le bongo autrement connu, par son nom scientifique de Bocerus eurycerus. C’était au terme d’une opération conduite par le ministère centrafricain en charge de la faune, en collaboration avec les forces de police de ce pays, avec l’assistance technique  du projet Renforcement de l’Application de la Loi Faunique (RALF). Les discussions sont bien avancées avec le Nigéria et le Tchad dans le sens de l’extension de cette collaboration transnationale pour barrer la route aux criminels fauniques.

 

Réveil de la répression contre le crime faunique en RCA

 

Le projet RALF a été lancé en septembre 2009, à l’instar d'un projet similaire en  République du Congo connu sous le nom de projet PALF. Les deux projets s’inscrivent dans le cadre de la réplication du modèle camerounais d’application de la loi faunique. Leur objectif commun est d’aider les autorités dans la traque et les poursuites judiciaires contre les criminels du secteur, mener la réflexion pour des méthodes d’application efficace des lois sur  la faune.

Dans un contexte où la  poursuite des contrevenants à la législation de la faune était minorée dans presque tous les pays de la sous-région, la République centrafricaine y compris, les arrestations continues de délinquants et leur poursuite en justice sont  un changement notable et  une amélioration en termes de conservation des espèces. D’où la nécessité de mettre un accent sur l’application de la loi.

Avec cette arrestation de trafiquants en possession de peaux de  nombreuses espèces sauvages, dont le lion, la République Centrafricaine reprend son élan  pour ce qui est de l'application de ses lois sur la faune. Aussi, depuis deux ans, plusieurs trafiquants ont été traduits en justice. Il était temps, car, l’extinction de certaines espèces sauvages devenait une réalité dans la sous région Afrique Centrale. D’après certains primatologues, comme Jane Goodall par exemple, ces espèces peuvent disparaitre en 15 ans seulement ; c’est le cas des chimpanzés ou des éléphants, comme l’a prédit Samuel Wasser, un autre chercheur.

 

Gestion durable des forêts

 

L'épuisement des ressources fauniques dans la sous-région a été récemment dénoncé à la dernière réunion du Comité permanent de la CITES qui s'est tenue à Genève, en Suisse. L'effet d'un tel épuisement conduira évidemment à la disparition des forêts dans la sous-région Afrque centrale sur le long terme. La forêt est considérée comme étant le refuge pour ces espèces tandis que les animaux sont à leur tour considérés comme des jardiniers de la forêt, toutes choses qui illustrent assez bien l'interactivité des écosystèmes.

Le premier Sommet des chefs d'Etat sur les écosystèmes forestiers tropicaux de l'Amazonie, des Bassins du Congo et d’Asie du Sud Est tenu en Juin de cette année dans la capitale congolaise de Brazzaville a rassemblé des dirigeants de plus de 35 pays couvrant les trois principaux bassins forestiers tropicaux au monde. Les chefs d'Etat et de Gouvernements venaient des pays situés en Amazonie et dans les Bassins forestiers du Congo et du Mékong-Bornéo.

La réunion a abouti à  un accord pour la préparation d’un plan d'action sur la gestion durable des forêts. Ledit plan sera ratifié en 2012 lors de la rencontre du Sommet Rio+20 au Brésil.

Dans une déclaration conjointe à la fin de la réunion, les dirigeants ont dit qu'ils «partagent la vision d'une coopération qui intègre de manière holistique l’économie, l'environnement et les aspects socioculturels, en vue de promouvoir le développement harmonieux et durable de leurs forêts respectives».

Ce plan d'action est censé  mener un plaidoyer pour la conservation, la gestion durable, ainsi que la réhabilitation et la restauration des écosystèmes des forêts tropicales et leur biodiversité ; promouvoir un commerce durable dans les services et les produits forestiers, y compris les ressources génétiques forestières ;  renforcer la gouvernance forestière, l’accès et le partage des avantages inclus; la réglementation forestière, la gouvernance environnementale et le commerce.

Une fois de plus, l'importance de la loi a été portée au devant de la scène en plus des questions de gouvernance qui ont constamment été les principales raisons pour lesquelles ces forêts et les animaux continuent à diminuer, malgré tous les efforts déployés pour les conserver.

Mais pour certains critiques, la faune qui est une composante essentielle et très importante de l'écosystème forestier, n'a pas souvent bénéficié d'un traitement spécial.

La réunion qui s’est tenue à Brazaville où le commerce des espèces sauvages conduit à leur extinction, devait spécifiquement s’appesantir sur ce problème.

 

Eric Kaba Tah.

Media and External Relations Dept.

The Last Great Ape Org. LAGA – Cameroon

Articles liés

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

108

Pays
03195331
Aujourd'hui: 1
Cette semaine: 1
Ce mois: 1.221
Mois dernier: 2.029
Total: 3.195.331