Braconnage sur l’aire protégée de la Tri-national de la Sangha

En arrière-plan de l’annonce récente d’un nouveau Site de Patrimoine Mondial au Cameroun, deux suspects ont été appréhendés à Ambam dans la Région du Sud. Ils essayaient de marchander un mandrill vivant.

Le 5 juillet 2012,  deux individus ont été arrêtés à Ambam, pour trafic de mandrill vivant. Le premier présumé trafiquant avait été arrêté pendant une opération de l’application de la loi faunique qui avait été menée par la Délégation Départementale des Forêts et de la Faune avec la collaboration des Forces de maintien de l’ordre. Plus amples enquêtes ont conduit l’arrestation du second suspect.

Cette opération rentre dans le cadre du programme de renforcement de l’application de la loi faunique lancée en 2003 par le Ministère des Forêts et de la Faune pour traquer les criminels fauniques.

 

Les mandrills sont totalement protégés selon certaines dispositions de  la loi relative à la faune de 1994. Et les Mandrills vivant dans le complexe de l’aire Protégée de la Tri-National de la Sangha (partagée par le Cameroun, le Congo et la République Centrafricaine), qui venait juste d’être érigée en Site du Patrimoine Mondial bénéficient d’une protection additionnelle. Cette aire qui couvre 25 000 km², située au cœur du bassin humide du Congo, est  dotée  d’une riche variété d’espèces protégées parmi lesquels, les mandrills. L’annonce a été faite récemment à St Petersburg en Russie, à la suite de la réunion annuelle du Comité du Patrimoine Mondial des Nations Unies, ramenant le succès du travail des trois pays abritant l’Aire Protégée de la Tri-National de la Sangha. Le Cameroun, la République Centrafricaine et le Congo ont accepté de travailler ensemble dans la protection de ce site depuis 2000. Les trois pays  abritent respectivement le réseau des projets de renforcement de la loi faunique parmi lesquels The Last Great Ape Organisation (LAGA) au Cameroun, le Projet d’appui à l’application  de la Loi sur la Faune sauvage (PALF) au Congo Brazzaville et le projet dénommé  Renforcement de l’application de la loi faunique en République Centrafricaine connu sous l’abréviation de RALF.

Une sécurité plus renforcée

L’érection de cette aire protégée en Site du Patrimoine Mondial arrive à un moment où les zones protégées autour de la sous-région sont de plus en plus poreuses et font l’objet d’attaques des braconniers et des trafiquants qui s y déplacent librement. Ambam, où les deux trafiquants ont été arrêtés,  est une région proche du Complexe Protégé de la Tri-National de la Sangha et aussi du Gabon, un pays limitrophe du Cameroun qui abrite le quatrième projet de renforcement de la loi faunique dans la sous-région sous l’abréviation française de AALF.

Cette décision de l’Organisation des Nations Unies pour la Science, l’Education et la Culture (UNESCO) tombe en droite ligne des récentes décisions prises par le Gouvernement du Cameroun d’intensifier les mesures de renforcement de la loi à la suite de l’attaque dans le Parc National de Bouba Ndjida. Le gouvernement a validé un plan d’action pour renforcer la protection des zones protégées dans le pays et le Directeur de la Faune et des Aires Protégées déclare que, « la sécurité de ces ères [les aires protégées] seront intensifiées à travers l’acquisition des équipements de surveillance et l’implication des militaires si le besoin se faire sentir ». Ceci souligne l’importance de l’application de la loi faunique dans la protection des aires qui sont vulnérables au braconnage et au trafic et par conséquence, protéger les espèces tels que les mandrills dont la situation désespérée choque. Le mandrill, même si c’est un animal beau, photogénique et aimable est loin d’être une espèce phare comme ses cousins les chimpanzés et les gorilles, et reçoit ainsi moins d’attention pour sa protection. Mais le mandrill n’est pas moins vulnérable à l’extinction et son sort est lié aux mesures prises et plus spécialement appliquées pour effectivement appliquer les lois fauniques.

Avec ce nouveau site de patrimoine dans les trois pays, la communauté internationale est en train de créer les conditions favorables pour des efforts concentrés dans la protection des espèces fauniques et des aires protégées dans la sous-région

Eric Kaba Tah.

Head of the Media and External Relations Dept.

The Last Great Ape Organisation - LAGA

Articles liés

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,2% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

108

Pays
03195331
Aujourd'hui: 1
Cette semaine: 1
Ce mois: 1.221
Mois dernier: 2.029
Total: 3.195.331