SECURITE SOCIALE: Les médias désormais couverts

Le 18 décembre 2013, la CNPS signait une convention tripartite de partenariat avec le ministère de la Communication et les associations, organisations, confédérations et syndicats nationaux des employeurs et travailleurs du secteur de la communication.

Ce sont  trois parties prenantes qui ont signé une convention  dans la salle de conférence de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) en vue d’élargir la couverture sociale au secteur de la communication.
Il s’agit de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale,  du ministère de la Communication, des syndicats et associations, organisations des employeurs et travailleurs du secteur de la Communication.« La CNPS vient de réparer une injustice aux conséquences irréparables », s’est réjoui Georges Ndenga, représentant du président du syndicat des journalistes employés, lors de son allocution. Des propos qui ont eu l’oreille du représentant des employeurs des médias, M. Thomas Temko qui qualifie la convention tripartite d’« Engagement historique pour l’avenir du  plus beau métier du monde ».

Les Procès de Me Hell: Fiction

Les auditeurs et téléspectateurs sont de plus en plus exposés à des émissions de vulgarisation du Droit. La dernière moisson de cette mouvance, "les Procès de Me Hell"  à la Crtv, conçue et réalisée par Me KUEMO Michel, un avocat au barreau camerounais.

«C’est l’amour de la vulgarisation du droit,  parce que j’ai fait un constat : les Camerounais aiment le Droit, mais ne font aucun effort pour s’imprégner  des notions élémentaires de Droit ». Ce plaidoyer est celui de Me KUEMO Michel, cet avocat mathématicien, passionné du Droit pour lequel « Nul n’est censé ignorer la loi ».

Les Procès de Me HELL, une émission hebdomadaire diffusée à la Crtv est une fiction de droit. Le téléspectateur est transporté, à la faveur de  la magie cathodique, dans un décor de tribunal. L’ambiance  est celle d’une véritable audience avec  juges,  ministère public,  partie civile,  accusés,  avocats et l’assistance. Les rôles sont bien campés par de véritables acteurs au point d’abuser les téléspectateurs qui pensent que ce sont des juristes qui interprètent le scénario, même s’il est vrai que certains avocats  interprètent leur propre rôle, à l’instar de Me KUEMO Michel lui-même.

Pr. Pierre Paul Tchindji: La diffamation

« On commence dans le code pénal camerounais, par définir ce qu’on appelle outrage. Et c’est dans l’article 305 du code pénal, qu’on va indirectement évoquer la diffamation »

Spécialiste du Droit de la communication, le Pr. Pierre Paul Tchindji, enseignant à l’ESSTIC, fait le point sur la notion de diffamation.

En termes de délits de presse, la diffamation tient le haut du pavé au Cameroun. En votre qualité de spécialiste du droit de la communication, pouvez-vous clarifier cette notion ?

La diffamation, c’est quelque chose d’assez spécial. Nous allons commencer par donner une définition du dictionnaire. J’ai par exemple ici le vocabulaire juridique de L’Association Henri Capitant qui donne de la diffamation la définition suivante : « Allégation ou imputation d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou au corps auquel le fait est imputé ». On trouve cette définition dans la loi du 29 juillet 1881, article 29, alinéa 1 en France. Voilà une définition que donne un dictionnaire.

M. Nta A Bitang : «L’Etat se limite à la régulation. Il fallait un certain nombre d’instruments d’auto régulation»

M. NTA A BITANG

«L’Etat se limite à la régulation.  Il fallait un certain nombre d’instruments d’auto régulation»

M. NTA A BITANG enseignant  de journalisme à l’ESSTIC et   vice-président de l’union des journalistes camerounais (UJC) spécialement chargé des questions d’éthique et de déontologie, parle de la nécessité d’instruments d’autorégulation pour protéger la profession.

Qu’est ce qu’un  code de déontologie d’une manière générale ?

La déontologie s’entend ici la déontologie professionnelle ; c’est  un ensemble des règles que se fixe une profession. Et chaque fois que la profession est normée, c’est-à-dire se donne des normes, cela constitue pour elle une déontologie. C’est un ensemble des règles éthiques et déontologiques que les  professionnels se fixent librement et se donnent de les respecter pour mieux protéger leur profession. Il y a un ensemble de règles qui norment la  profession des journalistes qui sont rassemblées,  en ce qui concerne  le Cameroun, dans des textes. Il y a un code étatique qui a été rendu exécutoire par le décret n° 92/313/PM du 24 septembre 1992 du Premier ministre. Il y a le code que l’ensemble des journalistes camerounais se sont librement donné, qui s’appelle le code de l’UJC adopté le 16 octobre 1996.

Dr. Félix Zogo: Droit de rectification

" On a l'impression que l'on prend souvent le droit de rectification pour le droit réponse "

Le docteur Félix Zogo, conseiller technique n°1 auprès du ministre de la Communication  et Chargé de cours à l'Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication explique le droit de rectification.

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,4% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,5% United States

Total:

106

Pays
03194952
Aujourd'hui: 21
Cette semaine: 395
Ce mois: 842
Mois dernier: 2.029
Total: 3.194.952